1 Place du Temple,
26 400 Crest, France

AMOTEC

L'association des AMis de l'Orgue du TEmple de Crest, appelée couramment par son sigle AMOTEC, est bien connue localement pour la qualité des concerts qu'elle propose dans la cité. Pourtant sa mission première n'est pas celle-là. Faisons connaissance !

Présentation

Brève histoire de l'orgue

A l'origine

La dédicace solennelle du temple de Crest est célébrée le dimanche 1er décembre 1822 par le pasteur Louis-François Arnaud. Les premières années, un chantre a pour mission d’entonner et de soutenir le chant.

L’orgue à cylindre (1824-1858)

En 1824, il est procédé à l’achat pour environ 950 francs d’un orgue, installé à la tribune. Notons que les tribunes latérales viendront plus tard (1859).

Exemple d'orgue cylindre

Ce premier orgue est un orgue à cylindre fourni par la Maison Payonne-Lété, un fabricant de Mirecourt. Les cylindres, éléments interchangeables, comportaient des crans ou dents, disposés en fonction de la musique à reproduire. Les révolutions du cylindre, actionné à la manivelle, faisaient agir les crans sur les touches d’un clavier.

Au temple de Crest, l’orgue à cylindre pouvait être utilisé comme un orgue ordinaire car il disposait d’un clavier à main. En 1825, il est livré en caisses et son montage est laissé aux soins des utilisateurs qui reçurent les instructions écrites nécessaires pour le faire mouvoir. Finalement, il revint à 3000 francs, en comptant les frais de caisses, de transport, de musique (composition des cylindres) et divers aménagements complémentaires à son installation sur la tribune.

Pour l'anecdote, le clavier à touches comportait 42 touches en ivoire, les demi-tons étant en bois d’ébène. Le clavier à cylindre en avait 32, mais il n’y avait pas de pédalier. Les archives précisent : "La personne qui touchait l’orgue ainsi que l’homme à manivelle n’étaient point vus." Le soufflet à plusieurs plis était mû par une pédale.

L’orgue Beaucourt (1858) modifié par Merklin (1897)

Après 34 ans de bons et loyaux services, l'orgue à cylindre qui, à force de réparations et d’accordements, est devenu très défectueux, est remplacé par un orgue Beaucourt, facteur de Lyon, pour le prix de 2750 francs.

Exemple d'orgue cylindre

En 1889, Henri Beaucourt observe que l'orgue, de facture ancienne mais consciencieuse, n’a pas été entretenu régulièrement. Il se trouve maintenant dans l’impossibilité de fonctionner convenablement ! Un cinquième jeu est toutefois ajouter...

Dès 1897, de nouveaux travaux de relevage et surtout d’amélioration sont entrepris. Confiés à J. Merklin et Cie de Paris, l'orgue est revu de fond en comble : tuyaux en étain allongés, application d’entailles harmoniques, boîte d’expression (effets de pianissimo et de fortissimo de tous les jeux), etc.

Les années passent, des restaurations ont lieu... mais l'entretien n'est pas régulier, maladie chronique des orgues à tuyaux dans les églises et les temples.

Association Loi 1901

Logo de l'AMOTEC

En novembre 1984, sous l'impulsion de Claude Richard-Molard, organiste nouvellement arrivée sur Crest, l'orgue redevient le sujet d'intérêt de la paroisse. Une trentaine de personnes se réunissent autour de l’instrument à la tribune et acceptent avec enthousiasme les propositions de rénovation.

L’association Les AMis de l’Orgue du TEmple de Crest (dite simplement AMOTEC) est créée le 04/12/1984. La publication au Journal Officiel est faite le 02/01/1985.

Cliquer pour consulter le site historique.

Un projet pour l'orgue

Au service de l'Église

Il s'agit de maintenir en bon état de fonctionnement de l'orgue du temple pour son usage principal qui est l'accompagnement musical des célébrations religieuses : cultes, baptêmes, enterrements. Cet usage bénéficie d'une priorité absolue sur toutes les autres activités.

Un rayonnement culturel

L'AMOTEC a, par ailleurs, une activité culturelle de développement de la musique classique autour de l'orgue mais aussi d'autres instruments et de la musique vocale. A cet effet, l'association organise des concerts et mène des actions pédagogiques : mise à disposition de l'orgue pour l'enseignement, organisation de stages musicaux, etc.

Toutes ces activités secondaires quant au rôle premier de l'Église protestante unie du Crestois, propriétaire du temple, des locaux annexes et de l'orgue, ne peuvent être décidées qu'en concertation et après accord du Conseil presbytéral, représentant légal de la paroisse.

Une équipe de passionnés

A ce jour, le Conseil d'administration est composé de :

Une riche programmation

Le Conseil presbytéral s’interdisant d’intervenir dans la programmation proprement dite, réserve faite que celle-ci soit compatible avec la dignité des lieux, l'AMOTEC dispose de suffisamment de latitude pour proposer une variété de concerts et de spectacles, mais toujours avec une exigence de qualité.

A l'affiche...

Cliquer sur le lien pour une liste (non exhaustive) des derniers concerts et spectacles à travers les affiches.