1 Place du Temple,
26 400 Crest, France

Service funèbre

Pour les jours d'épreuve : un service, des actes, des paroles... qui affirment aux vivants le Dieu de Jésus, le Christ.

A vos côtés

Prévenir, une nécessité

Dès que vous aurez averti le pasteur ou l'officiant (de préférence avant les pompes funèbres), il fixera avec vous l'heure et la date de la cérémonie, ainsi qu'un temps de rencontre ou de visite pour préparer ensemble le service funèbre. Sachez que le pasteur ou l'officiant sera à votre disposition pour vous aider à faire face aux problèmes pratiques et pour répondre aux questions que vous vous posez.

Une cérémonie protestante

Confrontés à l'épreuve du deuil, vous souhaitez que le service funèbre soit protestant. Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner durant ce moment douloureux. D'ailleurs, nous aimerions par ces quelques lignes vous dire la solidarité de l'Église protestante unie du Crestois et vous assurer que le Dieu vivant est capable d'éclairer nos jours les plus sombres :

Cadre avec le Ps 121,8 en anglais

"L'Éternel est celui qui te garde,

L'Éternel est ton ombre à ta main droite.

Pendant le jour le soleil ne te frappera pas,

Ni la lune pendant la nuit.

L'Éternel te gardera de tout mal,

Il gardera ton âme ;

L'Éternel gardera ton départ et ton arrivée,

Dès maintenant et à jamais."" (Ps 121,5-8)

Dans la pratique

La cérémonie : à quelle heure et à quelle date ?

Il importe d'être assuré de la disponibilité du pasteur ou de l'officiant avant toute fixation d'heure et de date. Si l'organisation nécessaire des pompes funèbres, l'impression des faire-part, l'avis de presse réclament des délais très rapides, l'importance des secteurs desservis par notre Église aujourd'hui exige une entente préalable. Un coup de téléphone en amont améliore nettement l'organisation...

La rencontre de l'officiant : un impératif avant la cérémonie ?

Le contact personnel est précieux. En prenant rendez-vous avec l'officiant, vous pourrez préparer avec lui la cérémonie. Sachez aussi que, chez les protestants, si les cultes du dimanche sont généralement présidés par le pasteur, il arrive aussi que des paroissiens mandatés (des prédicateurs "laïcs" ou des pasteurs retraités) officient. Lors d'une cérémonie funèbre ces derniers accomplissent alors une mission semblable en tous les points à celle d'un pasteur. Pour toute cérémonie, la famille remettra à l'officiant (eu égard à la législation française) un acte de décès ou un permis d'inhumer.

A savoir

L'Église protestante unie du Crestois n'est pas liée par un contrat d'obsèques que le défunt aurait signé de son vivant. L'officiant (qu'il soit un ministre du culte ou un prédicateur "laïc" ou un pasteur retraité) n'est pas un employé des pompes funèbres.

Le cercueil, les fleurs, les photos, les drapeaux ?

Croix huguenote sur cercueil

Sans que cela soit une obligation, on mettra sur le cercueil une croix huguenote ou une simple croix, mais jamais un crucifix. L'absence de toute représentation du Christ sur la croix vient de l'affirmation fondamentale pour les protestants de la résurrection du Christ.

Rien ne s'oppose à la présence de fleurs. Rien ne s'oppose non plus à la présence d'une photo du défunt.

Quant au drapeau tricolore, il n'est pas admis dans le temple lors de services funèbres d'anciens combattants. Idem pour les décorations. D'une manière générale, on évitera tout ce qui pourrait nuire au caractère de simplicité de la cérémonie ou être un obstacle à l'annonce de l'Évangile.

Des usages pour dire des convictions

En quoi un service funèbre est-il protestant ?

Quelles que soient les circonstances du décès (maladie, accident, suicide), le service s'adresse uniquement aux vivants. Il est avant tout un temps de recueillement, de prière et d'écoute de la Bible pour y entendre une parole de consolation et d'espérance. Le pasteur ou l'officiant évitera tout ce qui ressemblerait à un panégyrique, à un éloge funèbre, à un hommage rendu au défunt, même si l'évocation du disparu y trouvera sa place.

Fondamentalement, nous protestants, nous croyons que nous sommes nus devant Dieu. Inutile donc de faire valoir nos bonnes actions, nos actes de gloire, nos titres, nos récompenses, nos médailles pour tenter de marchander avec lui... De même, la bénédiction de Dieu est uniquement appelée sur l'assemblée réunie.

Au temple nécessairement ?

Le service funèbre peut avoir lieu indifféremment dans un temple, à la maison, dans la chapelle de l'hôpital, dans une église catholique, dans la salle omni-culte des pompes funèbres (service payant), dans une salle des fêtes, au cimetière...

Inhumation ou incinération ?

Pour l'Église protestante unie du Crestois, rien ne s'oppose à l'une ou à l'autre. L'ensevelissement ou la crémation, c'est essentiellement une question de choix personnel, même s'il est souvent conditionné par un contexte (caveau familial, tendance d'une époque, distance géographique), sans oublier le prix de la "prestation".

Cercueil porté

Sachez aussi que le cercueil n'est pas forcément présent lors de la cérémonie. Des familles choisissent de procéder à l'inhumation ou l'incinération du défunt avant le service funèbre. On parle alors de culte d'action de grâces. Cette pratique s'accorde avec l'une des traditions les plus anciennes du protestantisme.

Et l'argent ?

L'Église protestante unie du Crestois annonce l'Évangile gratuitement. Il appartient donc à chacun, en toute liberté et responsabilité, de fixer le montant de sa participation à l'annonce de l'Évangile. Ce don est directement et intégralement versé à notre Église qui ne vit financièrement que du soutien de ses fidèles.

Il est d'usage de donner la dîme (10%) de tous les frais engagés auprès des pompes funèbres, sachant qu'il y a des charges pour l'Église : entretien et chauffage du temple, électricité, sono et musique, temps de préparation de l'officiant, temps de célébration, déplacements... En outre, une corbeille pour l'offrande est disposée à la sortie pour recueillir le don des participants.